DANS LE SAC DE STEPHANIE DELPON


Lire la suite...



 

"Il n'y a pas de bonheur sans liberté"

Stéphanie Delpon, co-fondatrice du label Pictoresq et notre Parisienne du mois d’Avril, nous raconte son idée de la femme mode, ses ‘enfants terribles’, et son coup de coeur pour notre sac Karlie Mini. 


Parisienne du mois, qui êtes-vous?

Stéphanie Delpon, j’ai co-fondé avec mon associé Paul Saint Bris le label de production vidéo Pictoresq. On imagine des vidéos pour des marques de luxe: l’idée est de mettre en scène des filles qui ne sont pas forcément mannequins mais qui sont des personnages sur lesquels on peut projeter des histoires.  

On aime avoir des femmes comme nous, pleines de facettes, pas trop conscientes de leur image, qui ont une sorte de vulnérabilité, une authenticité qu’on ne retrouve pas chez les mannequins professionnels. C’est aussi pourquoi on se projette plus facilement sur elles.


Quelles sont vos inspirations?

Nous aspirons à un style très cinématographique, inspiré notamment par Wes Anderson et ses personnages en quête d’absolu. On appelle notre communauté de jeunes femmes ‘ les enfants terribles’, en référence au roman de Cocteau: je suis fascinée par les deux personnages principaux, Elizabeth et Paul, qui possèdent à la fois une intelligence et une élégance naturelle, libre… Cela se retrouve dans notre galerie de personnages, toutes nos ‘enfants terribles’ ont quelque chose de fort chez elles. Derrière cela il y aussi une vision de la femme, qui cultive sa part masculine, avec un fort sentiment de liberté. Ce désir de liberté est l’élément central qui scelle notre duo avec Paul, ça nous paraît essentiel.


Décrivez votre style en quelques mots…

J’ai toujours aimé les choses simples, un peu vintage. Je travaillais dans la finance avant de lancer mon label, il y a une vraie pression pour s’habiller de manière élégante et sophistiquée. Depuis, je reviens vers un style plus simple, plus confortable, moins dans la représentation. Je préfère porter des accessoires qui vont me donner confiance.


Qu’aimez-vous particulièrement dans le sac Tila March que vous portez?

Il est simple, pratique, j’aime la couleur vive qui égaye mes tenues souvent sombres.


Que peut-on trouver dans votre sac Karlie Mini?

Il y a toujours un carnet et stylo, du baume à lèvres, une crème pour les mains, des petites pierres gri-gri, une feuille de gingko biloba, souvent un livre, et toujours un chargeur de portable.


Que ne trouvera-t-on jamais dans votre sac Karlie Mini?

Du maquillage.


Quels sont les endroits parisiens que vous aimez?

J’aime beaucoup les bibliothèques, comme la bibliothèque historique de la ville de Paris, ou la bibliothèque Médicis. Je vais souvent au Progrès rue de Bretagne, chez Nanashi rue Charlot, et chez Carette sur la Place des Vosges au soleil. Pour un dîner entre amis, Le Petit Marché, 6 rue de Béarn. Dans le 6ème j’aime bien Le Café de la Croix Rouge.


Pour vous l’élégance parisienne c’est?

Le naturel bien sûr, mais surtout d’avoir ses défauts, et de les accepter. Ne pas ressentir le besoin d’être parfaite.


Auriez-vous un message pour nos parisiennes?

De suivre son intuition, se faire confiance, se donner la peine et croire en soi. Je dirais que la peur et le manque de confiance en soi sont des freins qu’on se donne. Je me dis tout le temps qu’à partir du moment où j’ai envie de le faire, je le fais. Le fait de juste se mettre dans cet état d’esprit, tout devient possible. Malgré le cynisme français, qui nous a donné une littérature incroyable, il est essentiel de croire que c’est possible, se tromper sans doute, se corriger et faire mieux, particulièrement dans l'entreprenariat, sinon on ne progresse pas et on n'ose pas.


Photographie : l'appartement de Stéphanie Delpon par Elise Toïdé

sac-des-parisiennes-stephanie-delpon

sac-des-parisiennes-stephanie-delpon

sac-des-parisiennes-stephanie-delpon

sac-des-parisiennes-stephanie-delpon

E-shop

Eshop FW1718

Suivez-nous
Rejoignez-nous
Inscrivez-vous pour recevoir nos news