CHARLIE BOISSON EXPOSE A NOTRE BOUTIQUE DE SAINT-SULPICE


Lire la suite...

Tila March x Parcours Saint Germain Charlie Boisson


Charlie Boisson, artiste sculpteur, nous présente son parcours, ses inspirations et son rapport au temps à l'occasion du Parcours Saint-Germain, du 8 au 18 Juin dans notre boutique au 24, rue Saint Sulpice 75006 Paris.


Pourriez-vous vous présenter, présenter votre parcours, comment êtes-vous arrivé à l’art, et plus particulièrement la sculpture ?


J’ai commencé la sculpture dès le début de mes études aux Beaux-Arts. Un professeur nous a fait travailler à partir d’objets récupérés dans une déchetterie, j’ai rapidement développé une pratique d’assemblage et de conception d’objets. J’ai toujours eu plusieurs pratiques à mon actif, notamment la photographie, ainsi qu’un travail de collage, je me suis concentré sur la sculpture ces dernières années, depuis que j’ai mon atelier et l’espace suffisant pour le faire. 


Comme le contraste naît d'un objet qui a déjà une histoire et des matériaux plus modernes, est-ce le rapport au temps passé et ces matériaux nouveaux qui définit votre travail ?


Oui, il y a cette notion de temporalités plurielles dans mon travail, certains objets utilisés ont une patine, portent les traces du temps. Dans un rapport de contraste, j’utilise des matériaux épurés, très contemporains, qui ont une résonance forte avec ces objets. J’essaie cependant de maintenir une cohérence d’ensemble de l’objet réalisé, et le résultat, bien que parfois troublant, reste plutôt harmonieux. 


Quelles sont vos principales inspirations ?


J’aime beaucoup le cinéma, notamment la science-fiction. Certains films de Cronenberg – Faux Semblants, Chromosome 3 – véhiculent un imaginaire qui peut parfois influencer mon travail. Dans le domaine de l’art contemporain, je suis particulièrement sensible à la sculpture, des artistes comme Rodrigo Matheus ou Anne-Charlotte- Yver, ont un rapport à l’objet et à l’espace qui m’intéresse. 


Dans votre processus créatif pensez-vous d'emblée à l'espace dans lequel vos œuvres vont évoluer ?


Dans ma démarche de mise en rapport des matériaux avec des objets je suis très vite amené à prendre en considération l’espace dans lequel mes travaux se présentent. Si j’utilise un objet déjà marqué par le temps, je lui oppose en général un élément plus neutre et silencieux, il m’est donc difficile de faire abstraction des qualités de l’environnement qui accueille les pièces. Si s’adapter est parfois nécessaire, la possibilité de faire évoluer certaines sculptures selon des contraintes d’espace peut aussi être très stimulante et porteuse d’idées nouvelles dans le travail. 

 

Quel est le fil conducteur qui lie toutes les pièces que vous exposez dans notre boutique ?


Dans mon travail l’origine fonctionnelle de certaines pièces reste sensible, il reste une part d’identifiable dans les objets que je réalise, mais cette dimension familière se trouve mise à distance au sein des assemblages, cela peut parfois produire des choses hybrides un peu étranges.

Je trouve intéressant de conserver un certain pouvoir évocateur dans les formes que je produis, qu’il soit encore possible d’identifier des choses, lorsqu’un objet évoque quelque chose chez une personne, il devient rapidement un repère, une porte d’entrée dans le travail. 

 

Il y a un côté très design dans votre série, une connexion avec le monde de TILA MARCH et les goûts de la créatrice Tamara Taichman très attachée au design, à la décoration d'intérieur, et aux inspirations 70's. Les couleurs sont très importantes pour elle, est-ce aussi le cas pour vous?


Oui j’attache beaucoup d’importance aux qualités des matériaux choisis et des objets trouvés, leurs qualités de transparence, de reflets, et leurs couleurs. Cela me permet de donner une cohérence formelle aux pièces. Il ne s’agit pas pour autant de design. En utilisant des parties d’objets manufacturés, je suggère souvent l’idée d’une fonction ou d’un mouvement dans ces sculptures, paradoxalement, celles ci restent très statiques et silencieuses. Présenter un objet à l’identité trouble m’intéresse particulièrement. 

 

Que pensez vous de cette collaboration avec les boutiques qui exposent des œuvres hors galerie ?

L’idée de ce décloisonnement est intéressante, elle permet de toucher un public non averti qui reçoit les propositions de façon très libre et décomplexée. On peut aussi espérer que ce déplacement suscite un moment d’ouverture pour certains face à des propositions pouvant paraître hermétiques au premier abord.

Pour ma part, je trouve intéressante la confrontation entre mes pièces et les produits en vente dans la boutique, les formats étant suffisamment proches pour interroger sur cette présence étrangère. 


Tila March x Parcours Saint Germain Charlie Boisson

Tila March x Parcours Saint Germain Charlie Boisson

Tila March x Parcours Saint Germain Charlie Boisson

E-shop

Eshop FW1718

Suivez-nous
Rejoignez-nous
Inscrivez-vous pour recevoir nos news